Opération « Grand Ménage » en Côte d’Ivoire : Des maires boycottent l’activité .Un ultimatum donné à la mairie de Port-Bouët

L’opération « Grand Ménage », institutionnalisée par le gouvernement ivoirien et initiée par la ministre de la Salubrité, de l’environnement et du développement durable, Anne Désirée Ouloto, est entrée dans sa phase opérationnelle, le samedi 4 mars 2017.

 Dominique Ouattara, Première dame de Côte d’Ivoire, n’a pas voulu se faire conter l’événement. Sous le coup de 9h, elle s’est procuré un balai pour balayer les rues du village d’Anono à Cocody et celles de la rue 11 avenue 22 de la commune de Treichville. L’engagement de l’épouse du chef de l’État et celui de l’épouse du vice-président de la Côte d’Ivoire, mais aussi des ministres, des personnalités de haut rang, des préfets, des présidents des collectivités locales… ont permis d’enregistrer, pour la première édition de cette activité, un taux de réalisation de 62 %. Ce chiffre aurait été plus élevé, si des maires n’avaient pas boycotté l’activité. A en croire la ministre Anne Désirée Ouloto qui a fait un bilan partiel, après avoir parcouru plusieurs communes du district autonome d’Abidjan, sur les 13 communes que compte la capitale économique, les mairies du Plateau, de Bingerville et de Songon n’ont organisé aucune activité relative à cette opération d’envergure. En tout cas, a-t-elle précisé, aucune initiative n’a été prise par les magistrats de ces trois communes. Quant à Yopougon, l’opération a été anticipée.

En plus de cela, le maire prévoit d’organiser une autre activité la semaine prochaine. C’est donc 9 communes du district d’Abidjan qui ont effectivement mené l’activité, le samedi 4 mars 2017. La palme de la mobilisation et de l’engouement a été remportée par la commune de Cocody, avec 40 % de taux de réalisation de l’activité. Koumassi et Adjamé se classent respectivement avant-dernière et dernière avec 10 % et -10 % de taux de réalisation. L’intérieur du pays, au dire de la ministre, n’est pas resté en marge de cette opération de salubrité. Cependant, pour différentes raisons, des régions telles que la Nawa, l’Indénié Djablin, la Mé, San Pedro et le Poro ont reporté leur « grand nettoyage » pour le samedi 11 mars 2017. Consciente que le changement de comportements ne s’obtient pas par un coup de bâton magique, Anne Ouloto a confié que c’est petit-à-petit que les mentalités vont changer.

Loin d’elle l’idée de se sentir abattue, la ministre a confié que la lutte contre l’insalubrité en Côte d’Ivoire sera de longue haleine. Elle n’entend pas pour autant fermer les yeux sur certaines situations. C’est pourquoi elle a donné, dans la commune de Port-Bouët, un ultimatum à la mairie afin que tout le long de la clôture de l’abattoir soit assaini avant le mercredi 8 mars prochain. «Je passerai le lundi, le mardi et le mercredi pour faire le constat », a -t-elle dit, avant d’inviter les bouviers à pendre soin de leur cadre de vie. Le secrétaire général de la mairie, N’dri Ludovic, qui l’a accueilli l’a rassurée de ce que l’endroit sera salubre avant la date indiquée. A Koumassi, à Yopougon et à Adjamé où la délégation ministérielle a marqué un arrêt, Anne Désirée Ouloto a déploré le comportement et l’incivisme des Abidjanais.

Elle s’est surtout offusquée de l’attitude des commerçantes qui vendaient devant l’antenne de la Fonction publique et du service technique de la mairie d’Adjamé. Dans cet endroit insalubre, elles proposaient de la nourriture aux candidats venus déposer des dossiers dans le cadre du concours de recrutement des Instituteurs adjoints (Ia). Sans aucune forme de procès, la ministre a demandé le déguerpissement des commerçantes et ordonné aux agents de la salubrité de remettre à niveau cet endroit devenu un dépotoir. C’est ce qui a été fait avec en toile de fond le curage du caniveau passant devant le journal gouvernemental. Au total, la première édition de l’opération « Grand-Ménage » a enregistré la participation de 600 éléments des Forces armées de Côte d’Ivoire (Faci) et 500 agents de la police.

Au nombre de ces éléments de l’armée ivoirienne, 300 ont encadré et sécurisé l’opération. La ministre n’a pas manqué de féliciter toutes les forces vives de la nation qui ont pris une part active à cette activité qui vise à débarrasser la Côte d’Ivoire de l’insalubrité dans laquelle elle baigne depuis de années.

source:linfodrome.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partages